1 Septembre 2005

STRATEOLE-VORCORE : étudier la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique

Du 1er septembre au 30 octobre prochains, le CNES participe à la campagne ballons STRATEOLE-VORCORE en Antarctique. Une vingtaine de ballons stratosphériques effectuent des vols de plusieurs semaines dans la basse stratosphère afin d’analyser l’évolution de la couche d’ozone dans le vortex polaire. A cette occasion, le CNES a mis au point un nouveau type de ballons, spécialement adaptés aux vols longue durée.

Surveiller le trou de la couche d’ozone in situ

 

Les ballonniers du CNES et du LMD* sont actuellement à pied d’œuvre sur la base américaine de McMurdo en Antarctique. Dans le cadre de la campagne Strateole-Vorcore, 25 ballons pressurisés équipés de nacelles scientifiques sont déployés dans l'atmosphère pour surveiller le développement du trou d’ozone dans le vortex polaire.

Lancés entre septembre et octobre, les ballons survoleront le continent antarctique pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à un niveau constant de densité de l’air.

La campagne se déroule dans des températures allant de -20° à -40°C. C’est dans ces conditions que se produisent la destruction de l’ozone dans le tourbillon stratosphérique polaire, puis le transport des masses d’air pauvres en ozone vers les régions habitées des latitudes moyennes.

Les données recueillies serviront à recaler les modèles simulant les échanges des composants atmosphériques et les phénomènes physiques tels que la formation et les mouvements des nuages stratosphériques polaires.

Elles complèteront aussi les modèles des processus chimiques de la destruction de l’ozone.

Un nouveau type de ballons

Pour Strateole-Vorcore, le CNES a développé de nouveaux ballons sphériques pressurisés.

D’un diamètre de 8,5 m ou 10 m, leur résistance mécanique et leur étanchéité très élevées leur permettent d’effectuer des vols de plusieurs mois.

Ils volent dans le tourbillon polaire d’hiver dans la basse stratosphère entre 18 et 20 km d’altitude.
Proche du Pôle Sud tout en étant protégée des vents violents de l’Antarctique, la station de McMurdo permet de lâcher les ballons au cœur du tourbillon polaire.

L’observation de longue durée à l’aide de ballons stratosphériques, que le CNES est aujourd’hui seul à maîtriser, a précédemment été éprouvée lors des campagnes d’essais en Suède (Kiruna) et au Brésil.
Qui plus est, l’utilisation des ballons est une spécificité du CNES qui depuis 40 ans, effectue plusieurs dizaines de lancements par an.

La campagne Strateole-Vorcore, réalisée en coordination avec différentes stations d’observation de l’Antarctique, est un projet international qui implique des scientifiques français, américains et australiens.


*LMD : Laboratoire de Météorologie Dynamique de Palaiseau (CNRS)

Voir aussi

Pour en savoir plus

Publié dans : 
A propos de :